Translate

samedi 22 juillet 2017

Portrait du Donbass : Erwan Castel

Cet entretien avec Erwan, volontaire Breton bénévole dans la ré-information sur le Donbass, depuis 3 ans et demi, a été réalisé en décembre 2016. A cette époque j'avais beaucoup de soucis avec facebook et ,malheureusement ,cette entrevue est un peu passée sous les écrans radars.

C'est pourquoi je la rediffuse aujourd'hui et je vous invite bien entendu à la partager massivement pour briser l'omerta des médias atlantistes sur le conflit dans le Donbass.

Pour suivre Erwan, divers supports sont à votre disposition :
Son VK
Son Facebook
Son Twitter

Son groupe facebook : soutien à la rébellion du Donbass
Son blog consacré au Donbass : Alawata
Son blog consacré à l'humanitaire dans la DNR (en particulier dans son quartier d'Oktyabrsky dans le nord de Donetsk) : un printemps pour octobre
Son blog consacré au centre de représentation de la DNR en France (ouverture le 1er septembre du centre à Marseille) : représentation RPD

Voici les liens qui d'une manière ou d'une autre, vous permettrons d'être en contact avec Erwan. Je précise qu'il vous faudra aussi être patient, car tout comme moi, Erwan est extrêmement débordé par le travail et les nombreuses sollicitations diverses et variées, et que malheureusement une journée ne fait que 24 heures.

Pour aider Erwan dans son travail de ré-information ou dans l'humanitaire effectué à Donetsk, vous pouvez lui adresser vos dons sur le compte bancaire suivant (n'oubliez pas de préciser si le don est destiné à l'humanitaire ou pour les besoins quotidiens d'Erwan, MERCI)

L'entretien :

Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)


vendredi 21 juillet 2017

Donetsk: a report about a canine search team detecting explosive devices


Today, on Wednesday, the 19th of July, in Donetsk there took place a meeting between the media and a team of cynologists specializing in the search of bombs, explosive devices and mines. The meeting was organised in one of Donetsk schools in Kuybishevski district located in the north of Donetsk.

The symbiosis between the members making up this canine team seems to be a perfect match. The accordance and the professionalism immediately caught my sight during our meeting with this unity of man and animal.

As soon as the introduction was done, the duties could be performed. The canine team examined Donetsk school № 64 for a routine search of bombs.

Having searched the inner school yard, the team undertook the task in one of the classrooms.


Once the inspection of the classroom was finished, we made our way towards Leninskiy district which is located in the south of the city.
This time the duties were focused on the search of mines and explosive devices placed on the road curbs, and the team looked for the devices that can turn out to be particularly dangerous during their explosion.


The reality has cruelly reminded us about the month of April, 2017, when the explosion of the mine killed an OSCE observer in Lugansk Peoples’ Republic. Link 

 Two guardians of the day: as committed as professionals.
How many lives were saved yesterday, how many today and how many will be saved tomorrow thanks to their work? I also want to pay tribute to this team which combines the animal’s flair with the composure and professionalism of the man in the search of deadly devices laid…by other men.
To both finish and underline the incredible work being carried out by the teams that search for the mines and do the mine clearing in Donetsk People’s Republic (DPR) the following should be mentioned: in the period from Saturday, July, 8th to Friday, July, 14th they have neutralized 723 explosive devices (mines, bombs, etc.) ! DAN NEWS 



Here is a small video about this day in the company of this incredible team  

Sébastien Hairon, an independent French volunteer in Donetsk (DPR)

Донецк: репортаж о работе кинологов по поиску взрывоопасных предметов


Сегодня, в среду, 19 июля, в Донецке состоялась встреча представителей прессы с сотрудниками кинологической службы, специализирующейся на поиске взрывных устройств и мин.

Местом встречи стала школа в Куйбышевском районе Донецка, расположенном в северной части города.

Кажется, что две составляющие кинологического расчета неразрывная связаны между  собой, образуя одно целое. С первой же минуты знакомства с этой командой из человека и собаки, я ощутил слаженность и профессионализм их действий.

Как только знакомство состоялось, можно приступать к учениям. Кинологический расчет выполняет стандартную процедуру – обследует школу № 64 на наличие взрывоопасных предметов.

После осмотра школьного двора команда приступает к работе в классной комнате.


Закончив обследование класса, мы направляемся в Ленинский район, расположенный на юге Донецка.
На этот раз упражнение заключается в поиске мин и взрывных устройств на обочинах дорог. В случае подрыва они представляют смертельную опасность.


В том, что такая опасность реальна мы имели печальную возможность мы убедились в  апреле этого года, когда от взрыва мины в Луганской Народной Республике погиб наблюдатель ОБСЕ.  Подробнее 
Герои дня – в равной мере обаятельные и профессиональные

Сколько спасенных жизней на их счету вчера, сегодня и еще будет завтра? И все же главное здесь – это именно команда, в которой животное чутье сочетается с хладнокровием и профессионализмом человека в ходе поиска смертоносных устройств, заложенных… другими людьми.
И в заключение приведу цифры, подтверждающие невероятный объем работы, осуществляемой поисковыми группами и саперами Донецкой Народной Республики (ДНР): с субботы 8 июля по пятницу 14 июля они обезвредили 723 взрывных устройства (мины, бомбы и т.п.)! DAN NEWS 
 Небольшой видеролик о дне, проведенном рядом с этой невероятной командой

Себастьян Эрон, независимый волонтер на общественных началах, из Донецка (ДНР)

mercredi 19 juillet 2017

Donetsk : reportage sur une équipe cynophile de recherche d'engin explosif

Aujourd'hui, mercredi 19 juillet, à Donetsk, avait lieu une rencontre entre la presse et une équipe cynophile spécialisée dans la recherche de bombes, d'engins explosifs et de mines.
Le rendez-vous fut fixé dans une école de Donetsk, dans le quartier de Kuybishevski, district situé dans le nord de la ville de Donetsk.

La symbiose semble parfaite entre les deux binômes composant cette équipe cynophile. La complicité et le professionnalisme se remarquent, dès les premières minutes de ma rencontre avec cette unité alliant l'homme et l'animal.

Une fois les présentations faîtes, l'exercice peut démarrer. L'équipe cynophile inspecte l'école 64 de Donetsk pour un exercice de routine à la recherche de bombes.
Après avoir inspecté le préau, l'équipe va s'atteler à sa tâche dans une salle de classe.

 Une fois l'inspection de la salle de classe finie, nous nous dirigeons dans le district de Léninski, situé dans le sud de la ville de Donetsk.
Cette fois, l'exercice porte sur la recherche de mines et d'engins explosifs en bordure de routes et qui peuvent s'avérer particulièrement meurtriers lors de leurs explosions.


L'actualité nous l'a rappelé cruellement, au mois d'avril de cette année, lors de l'explosion d'une mine tuant un observateur de l'OSCE dans la République populaire de Lugansk. Petit rappel

Les deux vedettes du jour, aussi attachantes que professionnelles.

Combien de vies sauvées hier, aujourd'hui et demain grâce à leur travail ? Mais, je tiens également à rendre hommage à cette équipe qui allie le flair animal au flegme et au professionnalisme de l'homme dans la recherche d'engins de la mort déposés...par d'autres hommes.
Pour finir et pour souligner l'incroyable travail qu'effectue les équipes de recherche et les démineurs de la République populaire de Donetsk (DNR) : du samedi 08 au vendredi 14 juillet, ils ont neutralisé 723 engins explosifs (mines, bombes etc) !DAN NEWS

Une petite vidéo sur cette journée en compagnie de cette  incroyable équipe
Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)
                                                       Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.
MON PAY PAL 

mardi 11 juillet 2017

L'otan jette de l'huile sur le feu en Ukraine après la visite de son secrétaire général


Jen Stoltenberg, le secrétaire général de l'OTAN s'est rendu en Ukraine hier, lundi 10 juillet 2017.
Je m'attendais à du lourd, mais là j'avoue ne pas être déçu par ce représentant de la mort !

La déclaration commune entre lui et Porochenko, le dirigeant de la junte putschiste de Kiev vaut son pesant de cacahuètes !
Après les formules de politesse par rapport aux contributions de l'Ukraine vis-à-vis des contingents ukrainiens impliqués dans les guerres d'invasions de l'OTAN dans le monde, Jen Stoltenberg va nous gratifier de quelques perles dans cette conférences de presse dont seuls les atlantistes ont le secret.

Rappelant que le cessez-le-feu n'était pas respecté dans le Donbass, sans souligner que c'est le régime de Porochenko qui ne le respecte pas, il appel à la mise en oeuvre des accords de Minsk 2 pour rétablir la paix dans la région.
Ce perroquet de Washington nous parle des menaces que subissent les observateurs de l'O.S.C.E sur le terrain. C'est vrai, que parfois, dans les deux jeunes Républiques, les observateurs peuvent tomber sur des soldats faisant du zèle ou tout simplement, comme moi, n'aiment pas ces individus et les refoulent manu militari.
Vu leur inaction dans le Donbass après 3 années de guerre, où les civils continuent de payer le prix du sang, je peux comprendre, sans l'approuver, le comportement de certains soldats vis-à-vis de l'O.S.C.E.
Pas plus tard qu'hier soir, deux civils vivants pacifiquement dans leur maison dans le sud-ouest de Donetsk, ont été blessés suite à un bombardement perpétré par l'artillerie du régime de Kiev. source
Ce n'est pas de bol, mais un obus s'est invité chez eux...

Mais le clou du spectacle, je n'ai pas d'autre mot concernant cette mascarade, c'est la déclaration de Stoltenberg demandant l'évacuation des milliers de soldats russes présents dans le Donbass !
Dans le genre foutage de gueules, l'OTAN est médaille d'or olympique !

Depuis le temps que je suis dans le Donbass, sans vouloir me vanter, les troupes russes je les aurais vu. Ce fauteur de guerre de Stoltenberg est venu à Kiev uniquement pour souffler dans les braises d'un conflit chaud bouillant, mais certainement pas pour apporter le moindre début de réponse pour que la paix s'installe dans cette région du monde. Mythomane ? Non ! Factuel ! Libye, Irak, Somalie, Syrie, etc etc
Partout où ils passent, ces gens-là sèment la mort et la désolation, tel un BHL dans un salon du livre !
Il paraît que l'Ukraine est un pays indépendant ? Super ! Je suis heureux de l'apprendre. Sauf que...la junte putschiste passe le plus clair de son temps à se prostituer à Bruxelles, Washington Berlin, Paris ou Ottawa ! Sans parler du F.M.I ou de la banque mondiale...C'est beau l'esprit d'indépendance à la sauce...amère...de l'OTAN.
Je ne vous cacherai pas qu'après les déclarations de ce V.R.P de la guerre demandant l'évacuation de soldats russes imaginaires dans le Donbass, l'avenir me semble de plus en plus sombre.

Ce qui m'attriste le plus, c'est qu'en Europe de l'ouest, la population ne voit rien arriver ! Quel gâchis..
Peut-être qu'une fois, dans une obscure gare d'un pays de l'est qu'il n'aurait pas su situer sur une carte, le Français, Belge etc ouvrira les yeux ? Il sera trop tard malheureusement pour nous tous, et les marchands de canons et leurs amis de la finance internationale pourront se frotter les mains.
La grande boucherie pourra commencer et les peuples une fois de plus trépasseront...
Source de l'article : le site de l'otan
En complément :
L'article d'Erwan Castel
L'article de Christelle Néant

                                               Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.
MON PAY PAL 





lundi 10 juillet 2017

Ukraine : inflation de visites otanesque en quelques jours.


Le conflit qui se déroule actuellement dans le Donbass ne semble pas trouver d'issue. Qu'elle soit politique ou militaire, la situation semble figée. Cette guerre de proxy déclenchée à la suite de la révolution colorée de l'hiver 2013/2014 continue, malgré une nette diminution des combats suite aux accords de Minsk 2 signé en février 2015.
L'otan, l'union européenne et le Canada sont les principaux sponsors de cette nouvelle guerre froide contre la Russie. De nombreux instructeurs des pays membre de cette organisation agressive se trouvent en Ukraine pour y former des soldats ukrainiens. Les domaines de ces formations sont divers et variés, allant de l'instruction de tir pour les snipers, la logistique, le personnel de santé etc
Cette politique de l'otan contre les civils dans le Donbass, sous prétexte d'invasion de l'armée russe (j'attends toujours, 3 ans après, les preuves de cette invasion), n'a pas d'autre but que de créer des tensions avec la Russie. En réussissant leur coup d'état en février 2014, les néocons états-uniens se sont offert un nouvel espace de tension, mais cette fois au plus près de la Russie : à ses frontières (après la Tchétchénie et la Géorgie). Après leur échec en Tchétchénie, via les islamistes wahhabites, et ensuite en Géorgie en 2008 après la raclée qu'a subie l'armée géorgienne suite à son attaque contre des casques bleus russes et des civils.

L'Ukraine est le nouveau cheval de Troie de l'empire atlantiste contre la Russie et d'une manière générale contre les Slaves. Car n'oublions pas, malgré une rancœur parfois légitime, que les Ukrainiens non-russophones, sont aussi les victimes de cette intrusion mortifère dans leur pays.

Depuis quelques jours les visites et annonces se succèdent à un rythme rapproché.
Le 07 juillet, Kurt Volker, a été nommé comme représentant spécial en Ukraine zone bourse département d'état des usa

Rex Tillerson, le ministre des affaires étrangères des USA a nommé Kurt Volker. Il sera en poste à Kiev et aura pour mission de contribuer à la paix en Ukraine dans le cadre des accords de Minsk 2. Voilà pour la version officielle.
Sauf que les USA n'ont pas signé ces fameux accords. Donc, en quoi peuvent-ils s'ingérer dans des réunions qui concerne les pays signataires ? Pour rappel, ces accords ont été négocié et signer par l'Ukraine, l'Allemagne, la France et la Russie.
Donc les USA n'ont rien à faire dans ces négociations !

Deuxièmement, quand nous regardons le CV de Kurt Volker, nous pouvons sincèrement douter de sa bonne foi et de sa volonté à vouloir user de son influence pour qu'il y ait une véritable désescalade et des avancées significatives pour une véritable paix dans le Donbass.
Cet envoyé très spécial est effectivement le président de l'institut McCain pour le leadership international ! Oui oui, nous parlons bien de McCain , cet hystérique russophobe !
L'institut McCain est un thinkthank basé à Washington, mais ayant des ramifications avec l'université d'état de l'Arizona. Cette fondation (lobby aux USA) a pour but de promouvoir la démocratie, les droits de l'homme, enfin bref, le baratin habituel dont usent et abusent les USA pour couvrir avec un voile humaniste et généreux, leur ingérence dans des pays indépendants et bien entendu réfractaires à leur vision sociétale.
C'est toujours assez amusant de constater qu'il s'agit toujours de pays ayant des ressources naturelles, ou étant situé proche de nations considérées comme des troubles-fêtes à l'hégémonisme Anglo-Saxon.
De quels droits ce pays s'arroge-il de vouloir s'ingérer dans les affaires intérieures de pays indépendants ? Quelqu'un leur a donné un mandat pour aller semer la mort et la division chez les autres ? Que je sache, personne ne leur demande leur avis, mais eux ils tiennent à le donner et ça coûte cher aux peuples qui le reçoivent !
Pour ceux qui trouvent que j'exagère, je vous invite à aller à Tripoli, Belgrade, Hanoï, Mogadiscio, Bagdad etc avec un drapeau des USA en bandoulière, histoire de goûter aux joies de la reconnaissance de la population locale suite à l'apport des "valeurs de la démocratie" à la sauce Yankee. Amen...

Vous constaterez qu'il n'y a pas d'intervention militaire, de révolution colorée, ni de résolution à l'o.n.u contre l'Arabie Saoudite, allié des USA et grande démocratie respectueuse des droits de l'homme et de la femme. Un oubli sans aucun doute...

Pour en revenir à cet institut, un petit coup d’œil sur les "généreux donateurs" en dit long sur l'orientation et la pseudo philanthropie de ce lobby au service des multinationales états-uniennes :
pour commencer vous constaterez un certains nombres d'associations estampillées "freedom". Ne chercher pas qui finance ce genre "d'association", un petit tour sur leur conseil d'administration vous éclairera tout seul ! Pas un locaux, mais uniquement des amères-loques. Il y a comme une odeur sorosienne derrière ces "associations"...
Bloomberg
Chevron (pétrole)
Cisco (informatique)
Rothschild
Générale électrique
L'Arabie Saoudite !
Walt-Mart (numéro mondial de la grande distribution)
Soros
AT&T (plus gros fournisseur internet aux USA)
JP Morgan (une des 3 principales banques aux USA)
etc etc...source

Effectivement que des philanthropes qui ne veulent que le bonheur des peuples sur cette planète. Enfin, ça c'est pour ceux qui croient que nous vivons sur l'île aux enfants...Pour ma part, je ne crois absolument pas à la "générosité" désintéressée de ces gens-là. Partout où passe leur politique d'ingérence, les peuples trépassent et les pays sont pillés et ruinés. D'ailleurs, si ces entreprises, tel Walt-Mart, se souciaient un tantinet du bien êtres des humains, ils commenceraient par l'appliquer chez eux ! source
Il n'y a pas pire que Walt-Mart aux USA, bien que McDo et tous les lieux de distribution de junkfood soient bien placés aussi, au niveau du respect des droits humains et de sa dignité. Mais, visiblement, il y a encore des gens pour croire que l'oncle Sam et ses "valeurs" (boursières !) sont le top pour l'humanité. Je dis juste une chose à ces personnes : aller aux USA et quand vous verrez des vieillards de 70/75 ans travailler sur les parkings de ces p'tain de grandes surfaces pour un salaire de misère vous pourrez peut-être ouvrir enfin les yeux sur le "rêve américain" ! Pourquoi ils bossent à cet âge-là ? Parce qu'ils ont tout perdu avec la crise de 2007 (subprime !) ou qu'ils n'ont pas assez de retraite pour vivre ! Bienvenu en enfer...cet enfer est votre futur en Europe de l'ouest.

Voilà donc pour qui travaille Kurt Volker. Si les Ukrainiens s'imaginent que ce représentant des "valeurs" Yankees vient dans le but de leur apporter une meilleure vie, leur réveil risque d'être brutal et de se faire au son des chaînes que ces esclavagistes leur auront mises aux pieds.

Rex Tillerson était en visite à Kiev le dimanche 09 juillet. Fidèle à l'inversion accusatoire dont use et abuse Washington, il a déclaré que la Russie devait faire le premier dans la désescalade dans le conflit en cours dans le Donbass. C'est typiquement avec ce genre de déclaration mensongère et provocatrice que nous pouvons comprendre que, malheureusement, nous ne sommes pas sur une voie de résolution pacifique du conflit entre la population du Donbass et l'armée du régime de Porochenko Libération

Autre personnage douteux et qui traîne derrière lui son cortège de macchabées, Jen Stoltenberg, le patron de l'otan. Aujourd'hui, lundi 10 juillet, il se trouve à Kiev pour fêter (on se demande ce qu'il y  a fêté !), les 20 ans de la coopération entre l'Ukraine et cette organisation criminelle. Bien entendu, Jen Stoltenberg rencontrera Porochenko et d'autres dirigeants de la junte putschiste. C'est bizarre, mais depuis 2014 je n'arrête pas de lire et d'entendre que Ianoukovytch, le président renversé par la révolution colorée en 2013/2014 était un pro-russe ! Diantre ! Pourquoi n'a-t-il pas rompu cette association avec l'otan si c'était effectivement une marionnette de Moscou ? C'est surprenant, mais les médias ne se posent jamais cette question.
Au vu des déclarations de Stoltenberg lors de la conférence de presse avec Porochenko le maître de Kiev, il n'y a guère d'illusions à se faire sur les intentions de l'otan dans la région  La libre Belgique

Que signifie et surtout qu'est-ce qui se passe lors des discussions entre ces personnages et le régime de Kiev ? Car depuis quelques semaines la situation d'un point de vue militaire est globalement calme dans le Donbass. Nous avons toujours des violations de cessez-le-feu perpétré par l'artillerie ukrainienne (environ 30 ou 40 par jour). Mais sans vouloir choquer qui que ce soit, c'est peu comparé à ce que la "routine" dont nous avait habitués l'artillerie ukrainienne. Quand je compare à l'été dernier où il était extrêmement difficile de dormir la nuit, tellement les bombardements étaient violents et répétitifs quasiment toute la nuit. Loin de moi l'idée de me plaindre de cette situation, mais au vu des visites récentes à Kiev, je vous avouerais que je ne suis guère optimiste sur ce silence des plus précaires. Que nous réserves le régime de Porochenko suite aux visites de ces donneurs d'ordres états-uniens ? Nous le saurons bien assez tôt de mon point de vue, mais peu de chances que ce soit une invitation à faire la paix.
Je crains malheureusement, que pour que le peuple du Donbass puisse enfin vivre en paix, il faudra que cette offensive tant de fois pronostiquée, mais jamais déclenchée, arrive, et que les armées des deux jeunes Républiques puissent finir ce qu'elles avaient entamé fin 2014 début 2015: à savoir la libération des zones russophones de l'Ukraine de la main-mise des putschistes du Maïdan.

Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)

                                              Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.
MON PAYPAL  














jeudi 29 juin 2017

Paul Gogo le superhéros, un journaliste du système dans le Donbass


Bonjour à tous.
Je partage cet article d'un auteur souhaitant rester anonyme.
Bonne lecture.
Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk.
---------------------------------------------------------------------------------
Il ne s'agit pas d'une mauvaise plaisanterie, superhéros c'est le nom d'un postcart documentaire créé par un certain Julien Cernobori, anthropologue de formation, diplômé de l'institut d'études politiques...Un de plus, lui-même très ancré dans le système des médias officiels de propagande en France, frayant avec France inter, radio France, France 5, RFI, la liste est longue. Dans son projet "superhéros", Julien Cerbonori, donne la parole à divers personnages élevés au rang de héros de la société moderne. C'est le cas de Paul Gogo, pigiste ou stagiaire dans certains des pires médias Français, Libération, Ouest-France etc et qui fit deux missions dans le Donbass au printemps et à l'automne 2014. Retour et analyse sur les états d'âmes d'un journaliste en herbe.
Le postcart avec Paul Gogo

Durant environ 80 minutes Paul Gogo se livre avec sa naïveté désarmante habituelle, avec une certaine sincérité et beaucoup de détails personnels. L'intéressant de ce postcart c'est qu'il s'agit d'un document unique, aucun autre correspondant des journalistes du système ne s'est livré à cet exercice, aucun n'a finalement raconté son "travail" aussi longuement et précisément. Le journal Libération ose carrément mettre en avant le jeune Normand dans un titre ronflant "moi Paul Gogo reporter de guerre en Ukraine"...Le ton était donné le "moi je" redondant des carriéristes de toutes les rédactions françaises.
L'article de Libération sur Paul Gogo
Avec Paul Gogo, l'éternel adolescent aux aspirations romantiques, à la sincérité véritable, à la sensibilité attachante, il y aussi tout ce qui est révélé entre les lignes et c'est ici que tout le système journalistique s'éclaire encore un peu plus.

Un bon dernier de la classe...à la tête dure. Après s'être étalé sur sa vie privé, sa famille, ses origines, nous comprenons vite que Paul est un rêveur. Il rêve d'une grande carrière de reporter, de reporter de guerre, de liberté, chez lui les cadres pèsent, alors après avoir louper les événements du Maïdan, Paul s'envole en pleine année universitaire pour l'Ukraine, nous sommes au printemps 2014, mais il ne se passe plus rien à Kiev. Paul Gogo pousse alors vers le Donbass tout son récit d'une naïveté frisant parfois de bêtises, reste toutefois emprunt d'une grande honnêteté, du moins dans ses sentiments et ses intentions. Les 4 premières pistes du reportage nous emporte dans une ambiance "club des 5" lénifiante qui se réveille à partir de l'épisode suivant. Notre bon dernier de la classe qui n'a pas fait d'école de journalisme semble souffrir de cet "état" oubliant que justement c'est ici que se trouve toute sa force.

Les reporters de guerre lui avait dit de se blinder. Paul Gogo revient souvent sur ce fait, tournant en rond autour d'un manque de maturité, d'erreurs qu'il aurait faites, d'une empathie et d'une sensibilité trop forte pour faire ce métier. C'est ainsi qu'il nous parle étrangement de son insensibilité face au premiers cadavres, puis par bravade, lui qui n'aura pas passé plus de quelques heures sur la ligne directe de front et seulement quelques semaines dans le Donbass.
Relativement à l'abri de Donetsk cette grande ville, livre un son de fusillades et d'explosions d'obus. Cela suffit à son ego pour se s'autoproclamer "reporter de guerre". Pourtant le récit reste pauvre et même pitoyable , le voici "suiveur" et "agglutiné" à d'autres journalistes paumés comme lui, après une expédition ratée à Slaviansk, il rôde entre la morgue, les arrières de l'aéroport et avoue être resté terré au moins une semaine dans un appartement à regarder des films et boire de la vodka. Car la peur au ventre, un obus l'ayant "traumatisé", bien qu'il soit tombé bien loin de lui, et au milieu des rires de ses camarades, Paul n'aura pas vu grand chose. Le summum de son "expédition"  sera l'enterrement de deux pauvres enfants tués par l'armée ukrainienne. Histoire qu'il ne pourra même pas publier...pour cause de censure de la rédaction de Libération.
L'aventure tourne au pathétique.

Des rédactions rétives de Paul, Paul raconte les civils massacrés par l'artillerie ukrainienne, mitraillés par les hélicoptères de l'armée, mais jamais il n'ose dénoncer, nous en resterons sur "c'est la faute à personne, c'est la faute à la guerre, la guerre c'est pas bien". Et Paul s'épanche quand même...deux ans après le voilà toujours sans travail, l'unique Donbass traumatique dans sa tête, tournant en rond "le retour à la case départ" comme il le dit lui-même. Ses paroles sincères amènent à une compassion à son égard, mais aussi à une certaine stupeur, il osera simplement dire "que 90% de son travail sera rester dans sa tête"...Et oui cher Paul les rédactions françaises ne sont pas friandes de récits véritables  mais plutôt d'une instrumentalisation des faits pour des raisons politiques, pas question de dire la vérité. Pour lui tout se résume à cette phrase "on le sait c'est le jeu". Un jeu ? Vraiment ? Les morts du Donbass, ceux qu'il a vu et les milliers d'autres sont donc les victimes d'un jeu, celui de rédactions françaises qui refusent les articles d'un jeune homme certes non préparé et un tantinet inconscient mais dont on comprend bien la grande sincérité par rapport à ce qu'il peut bien avoir engrangé comme expérience à seulement 22 ou 23 ans.

Le vrai faux enlèvement de Paul Gogo.
Paul se retrouve donc au point mort, il affirme lui-même que les rédactions ne lui répondent pas, la frustration semble totale, lui qui avait sacrifié jusqu'à sa compagne, rupture qu'il qualifie de très douloureuse, pour venir ici suivre la guerre dans le Donbass. Il décrit ainsi avec une naïveté frisant le délire "son enlèvement par les séparatistes". Une heure et demie aux mains des soldats insurgés. Les quatre journalistes qui ont passé le plus de temps dans le Donbass, L.Brayard, C.Néant, S.Hairon et E.Castel entre un an et deux et demi raconte tous, même en ayant la confiance des autorités locales ce genre d'anecdotes d'arrestations pour suspicion. C'est le lot pour tous les reporters de guerre sur zone, au milieu d'un conflit moderne. Certaines de ces arrestations ont duré plus de quatre fois durant lequel Paul fut retenu. D'autre comme le Polonais D.Hudsiek sont même resté deux jours au cachot. C'est un impondérable de la guerre bien normal et inévitable, mais Paul comme souvent ramène les faits "à moi Paul Gogo".

Post trauma pour Paulo.
L'après-guerre de notre cher Paul semble dès lors bien amer, dormant mal, des cernes aux yeux que nous ne verrons pas, des cauchemars, aucune carrière brillante, aucun compte en banque bien rempli, pas de tapi rouge pour Paul et pourtant toujours pas d'analyse du pourquoi et comment.
A la fin de l'écoute, Paul pourtant laisse une dose de romantisme, un pan de vérité certes tronqué bien réel, une sincérité attachante voire émouvante. Mais ceci cache une mauvaise maîtrise de la langue russe, un âge trop jeune pour comprendre le conflit, des idées courtes d'une propagande ingurgitée dans son parcours scolaire, quelques voyages touristique en Russie, Paul est finalement resté à l'arrière, collé à d'autres journalistes littéralement perdus, ceux qui ont l'expérience du terrain savent bien que c'est ici la pire situation en zone de guerre: recréé un univers occidental familier, traîner ses guêtres dans les cafés, profiter et abuser de la bière, de la vodka, ne pas aller à la rencontre des faits mais attendre qu'ils viennent à vous...suffisant pour que Paul décrive son retour de guerre comme traumatisant et le mette presque sur la touche, obsédé par un Donbass où il ne peut plus revenir.

Paul ne peut plus manger au gâteau. Car Paul n'a pas raconté pourquoi il ne peut plus revenir dans le Donbass. La première raison sort finalement de sa bouche "le conflit dans le Donbass" n'intéresse plus les rédactions. Et pour cause, alors que les civils continent d'être massacré par les Ukrainiens, il serait de mauvais ton de laisser des farfelus comme Paul raconter sur la place publique, que "nos amis ukrainiens" poursuivent la boucherie dans le Donbass...Il serait bête d'expliquer aux Français que nous soutenons depuis trois ans le mauvais camp !
La seconde Paul ne l'évoquera pas, Paul est effectivement personna non gratta dans le Donbass. Comme beaucoup de journalistes français, Paul a en effet pris parti pour l'Ukraine teinté de néonazisme et d'ultra-nationalisme. Dans son plus fameux article qui appelait à envoyer de l'aide humanitaire...à l'armée ukrainienne.
L'article en question sur libération

Paul n'a toujours pas compris qu'il a appelé les Français à verser de l'argent pour l'armée ukrainienne qui tue des gens dans le Donbass. Comprendra t-il un jour qu'en ayant pris parti pour un camp, le second, celui des séparatistes dont il peine à cacher son mépris, ne peut décemment ne plus lui faire confiance.

C'est là le paradoxe énorme de Paul Gogo, superhéros, reporter de guerre comme le dit l'article de Libération...en Ukraine. Pour lui, pour Libé, le Donbass ne représente rien, même pas des gens qui meurent, qui meurent de leur mauvaise foi, ou dans le cas de Paul Gogo d'un désir tenace d'être différent des copains de son âge en allant finalement faire du mal à toute une population sans se rendre compte qu'il aura été manipulé par les médias dont il rêvait d'en être.
La triste histoire d'un jeune homme non exempt de qualités, authentique, mais oh combien privé d'esprit d'indépendance, littéralement enchaîne à tout un système. Si Paul Gogo avait tout quitté comme cela est affirmé dans le reportage, il aurait été le premier journaliste français installé dans le Donbass, il y serait depuis plus de trois ans, aurait vraiment suivi le conflit, serait riche d'une expérience énorme, aurait pu dire ses vérités d'une autre façon, n'aurait pas fait carrière, mais serait vraiment un héros, délivré du titre de super, simplement Paul Gogo, le jeune homme qui aura loupé le combat de sa jeunesse et qui sera toute sa vie hanté par une aventure tronquée et fausse, hanté par le Donbass...
---------------------------------------------------------------------------------

                                   Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.







mardi 27 juin 2017

Un criminel de guerre reçu par Macron à l’Élysée

Le lundi 26 juin sera un jour à marquer d'une pierre noire pour l'image de la France. Hier, Macron, le nouveau locataire de l’Élysée à reçu en grande pompe (funèbre ?) le président du régime de Kiev, Porochenko.
Si je peux comprendre que la diplomatie nous impose de recevoir des dirigeants étrangers, il est aussi du devoir de la France de rappeler les actes criminels perpétrés par leur régime.
Malheureusement, non seulement Macron n'en fait aucunement référence dans la conférence de presse donner après leur entretien, mais au contraire va accentuer la collaboration avec ce régime sanguinaire qui massacre depuis 3 ans le peuple du Donbass.
Quelle crédibilité Macron peut-il avoir lorsqu'il parle de respect dans l'intégralité territoriale de l'Ukraine, quand dans le même temps nos soldats sont présents sur le sol Syrien en soutien à des  terroristes et que nos avions bombardent ce pays dans l'illégalité internationale la plus complète.
Avons-nous entendu Macron demander le retour du Kosovo à la Serbie ?
La Crimée n'a pas subi d'invasion militaire russe, il n'y a pas eu non plus de mort et la population à désirer par voix référendaire de rejoindre la Russie.
Je peux comprendre qu'un adepte de la secte technocratique estampillée UE, n'apprécie pas les référendums, car demander au peuple son aspiration et ses souhaits pour son avenir ne plaît généralement pas à l'oligarchie mondialiste (référendum de 2005 en France et aux pays-Bas entre autres).
Macron veut que la France investissement dans le domaine des transports en Ukraine ? Ce serait bien que tu investisses en France dans ce registre plutôt que nous refourguer tes cars "low cost" ! Il y beaucoup à faire dans le domaine ferroviaire par exemple, mais pour une question de prestige, l'état Français investit surtout sur le T.G.V et abandonne les trains régionaux laissant depuis de nombreuses années les régions gérées ces dessertes locales.
Il paraît que l'Ukraine, entre les mains des putschistes, a fait des progrès dans la lutte contre la corruption ? Si si, il est sérieux Macron quand il nous sort ça ! Au côté d'un oligarque corrompu jusqu'à la moelle, il fallait oser. Macron, il ose !
L'assainissement du secteur bancaire ? Je confirme l'assainissement, mais ce sont les économies des Ukrainiens qui vont l'être. Depuis la nationalisation de la privatbank, première banque de dépôt en Ukraine, l'état ukrainien a injecté 5,3 milliards d'euros de fonds publics.
En clair, c'est comme en France : privatisation des profits et socialisation des pertes.
Macron veut que la France investisse dans le secteur de l'énergie en Ukraine ?
Pas folle la guêpe, vu la faillite programmée des entreprises énergétiques ukrainiennes. Rien qu'au mois de mai, la dette dû au fournisseur d'électricité à Kiev à enfler de près de 200 000 $US (196153$). La somme totale dû, rien que pour la ville de Kiev atteint la somme faramineuse de 15 millions de dollars !
Comme je l'avais indiqué dans un de mes précédents articles, il n'y a pas que le secteur de l'électricité qui est concerné par la déchéance de Kiev. Plus de la moitié des habitants sont privés d'eau chaude jusqu'à la mi-octobre, ainsi que la ville de Marioupol dans le Donbass occupé par l'armée ukrainienne.
Mais c'est vrai, le régime de Kiev fait des réformes : il débaptise des villes, des rues et a fait tomber des statues de Lénine. C'est sympa au début pour amuser la galerie, mais d'une ça ne nourrit pas la population, ni n'offre un avenir aux Ukrainiens et surtout c'est symptomatique d'une russophobie pathologique qui ne peut que contribuer à diviser un peu plus les Ukrainiens.
Ce ne serait pas pathétique que j'en rigolerais presque ! Ce pays sombre chaque jour un peu plus dans le ridicule, mais plus grave pour le peuple Ukrainien, dans une faillite qui les laissera sur le carreau le jour où l'économie sombrera irrémédiablement. Le régime de Porochenko et ses complices putschistes se targuent d'un coté de lutter contre la Russie dans le Donbass. Sauf que leur opération militaire est une opération dite antiterroriste ! Je ne comprends pas ? Vous luttez contre l'invasion de l'armée russe ou pas ? Si c'est le cas, ce n'est pas une opération antiterroriste, mais une déclaration de guerre en bonne et dû forme qu'il faut faire. Plus rigolo, quoi que... Le régime de Kiev se vante de mettre son armée de soudards aux normes de l'otan, pour rejoindre cette organisation belliqueuse et vindicative.
Sauf qu'il y a encore un "peu" de boulot pour y être aux fameuses normes ! Des bénévoles passent leur vie à quémander un peu partout de l'aide et recueillir des fonds pour équiper de choses aussi banales que des chaussettes, des pelles, des pioches, de la lessive (!!!), et même de quoi pouvoir se faire à manger ! Pathétique !
Au vu de ces nouvelles, il y a lieu de s’interroger sur la pertinence de "nos dirigeants" à vouloir intégrer l'Ukraine au sein de l'UE. La clairvoyance n'étant pas le point fort de nos oligarques, la rationalité de ce genre de décision suicidaire, pour l'Ukraine comme pour les pays européens, n'est certainement pas prise pour le bien commun de nos peuples respectifs, mais plutôt pour continuer cette guerre froide stupide contre la Russie.
Cette guerre ne sert aucunement les intérêts des peuples européens, ukrainien ou russe, mais uniquement l'oligarchie mondialiste et ses larbins de Kiev au pouvoir depuis février 2014 avec le soutien des prés-cités.
Il y a des signes inquiétant avec la visite de ce criminel de guerre en France, c'est que non seulement Macron l'a reçu à l'Elysée, mais il a aussi été reçu à Matignon par le premier ministre et par Gérard Larcher le président du sénat, soit les trois plus hauts représentant de l'état Français.
Malheureusement et à mon plus grand regret, je ne peux que constater, que mon pays et ses "nouveaux" dirigeants, continuent de suivre un peu plus les directives agressives de Washington contre le valeureux peuple du Donbass, qui résiste farouchement contre le régime de Porochenko. La lutte du peuple du Donbass ne faiblit pas, malgré son isolement sur la scène médiatique et politique internationale.
Celui qui combat peut perdre, celui qui ne combat pas à déjà perdu.

Les liens en référence à mon article se trouveront dorénavant en dessous de mon appel à votre soutien, plus que nécessaire après la forfaiture de paypal à mon encontre. Je procéderai comme ceci à l'avenir dans un souci de clarté et de confort dans la lecture de mes articles.
Merci de votre compréhension.

Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)

                                                       Besoin de votre aide

Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de ré information dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos contributions par virement avec le rib ci-joint, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine), mon pay pal me ou sur mon patreon ou vous pourrez me soutenir avec un don à partir de 2 dollars.
Vos dons me serviront à payer mon loyer et ses charges (environ 85 euros), le budget nourriture (environ 110 euros) et divers frais comme mes déplacements en transports en communs et le téléphone ( environ 8 ou 9 euros).
Merci pour votre soutien et vos messages de solidarité.
Sébastien.
Sources pour l'article :
Le site de l'Elysée 
Recapitalisation de la privatbank 
Dette de l'électricité à Kiev 
Changements de nom de villes en Ukraine 
"Humanitaire" pour les soldats ukrainiens 
Mon article concernant les soucis d'eau chaude en Ukraine 





jeudi 22 juin 2017

Cérémonie du souvenir à Donetsk à l'occasion du 76e anniversaire de l'agression nazi le 22 juin 1941



Aujourd'hui à Donetsk, je me suis rendu à une cérémonie à l'occasion du 76e anniversaire de l'opération Barbarossa qui sonnera le début des hostilités entre l'envahisseur nazi et l'U.R.S.S. Cette rencontre s'est déroulée au monument des victimes du fascisme, situé dans le parc du centre de la culture slave dans le district de Leninski.


Donetsk, qui s'appelait Stalino lors de la grande guerre patriotique, tout comme le reste du Donbass, rend hommage plusieurs fois par an lors de diverses cérémonies, à toutes les victimes de la barbarie nazie et de ses complices.
L'arrivée des illustres et courageux aînés à la cérémonie :

L'événement était animé par le chef du district, Oleg Belyaev, des députés du parlement.
Environ 300 personnes ont assisté à la cérémonie au cours de laquelle une minute de silence a été scrupuleusement observée à la mémoire des soldats soviétiques et des civils morts suite à cette invasion mortifère.

Plusieurs discours furent prononcés pour rappeler cette funeste journée du 22 juin 1941, où les hordes nazies et leurs alliés ont envahi l'Union Soviétique y semant sur leur passage la mort et la désolation. Donetsk fut occupée par les barbares le 21 octobre 1941 et ne sera débarrassée de ces encombrants visiteurs que le 8 septembre 1943.
A la fin de la cérémonie, les officiels de la DNR (République Populaire de Donetsk), les anciens combattants et les résidents ont déposé des fleurs au pied du monument dans une ambiance de recueillement et de respect.







                                                            Barbarossa

L'opération Barbarossa débute le 22 juin 1941. Hitler voulant un espace vital dans l'est de l'Europe, avait impérativement besoin des terres et des richesses de l'U.R.S.S pour le régime du troisième reich qu'il dirigeait depuis 1933.

L'armée nazie et ses alliés massèrent pour cette opération 5,5 millions de soldats à la frontière Soviétique. Les autres pays composant cette coalition regroupaient la Finlande, l'Italie, la Hongrie et la Roumanie. 153 divisions, dont 17 blindées et 13 motorisées, se retrouvaient réparties au sein de 3 groupes d'armées : nord, centre et sud. Le groupe centre étant le plus important, car il était censé prendre Moscou. Le groupe nord, devait quand à lui capturer Leningrad (Saint-Pétersbourg aujourd'hui).  Celui du sud était chargé de prendre l'Ukraine, la Moldavie et la Crimée.
En plus des 5,5 millions d'hommes, il y avait 3500 chars, et 2800 avions.
L'armée rouge comptait à sa frontière un peu plus d'un million de soldats. Il ne faut pas oublier, que l'Union Soviétique devait aussi protéger sa frontière à l'extrême-orient face à la menace du Japon, allié de l'Allemagne nazi. D'ailleurs, une fois la menace Nippone levée, de nombreuses troupes composées de Sibériens, arriveront à point nommées lors de la bataille de Moscou au mois de décembre 1941 et chasser les troupes Allemandes, dont la pointe la plus avancée se trouvera à seulement 12 kilomètres du centre Moscovite ! Mais ceci sort du cadre de cet article, cette bataille faisant partie du plan Typhoon, qui prendra le relais de Barbarossa lors de son enlisement à l'automne 1941.

Un matériel pléthorique, mais très souvent dépassé technologiquement faisait face à l'armée brune, aux moyens modernes (sauf sur certains modèles de chars, en particulier les  panzers 1 et 2 totalement inaptes dans une confrontation blindée et l'artillerie antichar, avec un tube de 37mm).

                                                               world war photos 

Outre ce déficit qualitatif, les techniques et les stratégies de combat de l'armée rouge sont, comme pour leurs homologues Franco-Britanniques l'année précédente, totalement en retard d'une guerre.
Les purges Staliniennes au sein de l'armée achevant le tableau d'un portrait inquiétant de la défense militaire de l'U.R.S.S face à une armée psychologiquement motivée et surtout qui arrivent avec le statut de vainqueur après l’effondrement des alliés de l'ouest (France en grande partie occupée, l'Angleterre recluse sur son île et la politique isolationniste des USA).

Les hordes nazies s'élancent de leurs positions le dimanche 22 juin 1941  à 04:45 du matin, sans déclaration de guerre officielle, et franchissent la frontière, alors qu'à 04:15 un puissant barrage d'artillerie commencera à cracher ses projectiles sur les troupes soviétiques.
Cette invasion terrestre sera précédée d'une offensive aérienne d'une ampleur jusque-là inédite, visant 66 aérodromes de l'armée rouge. Plus de 2700 avions participent à cette attaque détruisant au soir de cette funeste journée, 1489 appareils au sol, et 389 lors de combats aériens. Les pertes de la luftwaffe (armée de l'air nazie), se chiffrent à 63 aéronefs.

Staline, incrédule et ne croyant pas son entourage politique et militaire, ne prend aucune mesure coercitive face à l'agression en cours, pensant avoir à faire à une simple escarmouche locale, malgré les rapports alarmistes venant de toute la longueur du front !
Il faudra attendre la fin d'après-midi pour qu'enfin, Staline commence à réaliser l'ampleur du désastre qui se joue dans cette bataille en cours, connue aussi sous le nom de bataille des frontières. Bataille qui ne durera peu de temps, vu la léthargie dans laquelle se trouve l'armée rouge à ce moment-là...

Lors des premiers jours, certaines unités sont littéralement pulvérisées par la force de frappe de l'agresseur, d'autres se débandent et abandonnent le front dans une panique communicative dès qu'une minorité perd pied et transmet sa peur à l'ensemble d'un corps constitué. D'autres, résisteront héroïquement à l'envahisseur, comme les courageux défenseurs de la forteresse de Brest-Litvosk qui tiendront jusqu'à fin juillet sans aucun espoir de secours vu l'avancée rapide des troupes nazies.
Le 26 juin, après avoir réalisé une première poche de troupes soviétiques (environ 400 000 hommes), connue sous le nom de Bialystok-Minsk (Biélorussie), le groupe d'armée centre allemand a progresser de 600 kilomètres.
Le groupe d'armée nord, en direction de Leningrad en ligne de mire, avec l'appui de l'armée finlandaise, progresse de 350 kilomètres en quatre jours. Mais sur ce front, une très désagréable surprise attend les nazis : la première confrontation avec des chars soviétiques, en l’occurrence des KV-1 mais surtout le char lourd KV-2.

Pour l'armée allemande, c'est la douche froide, car aucun char allemand n'est de taille pour affronter ce blindé ! Dans l'urgence, les nazis utiliseront les canons antiaériens de 88mm et le canon de 105mm destiné à l'origine pour les bombardements et le soutien à l'infanterie, non au combat antichar.

Le groupe d'armée sud qui vise l'Ukraine, la Moldavie et la Crimée, dans un premier temps progresse difficilement, car l'armée rouge dispose de nombreux chars modernes sur cette portion de front (des KV-1 et les fameux T-34).

Malheureusement, les contres-attaques Soviétiques, mal préparées et sans coordination interarmes, sont irrémédiablement brisées par les troupes nazies.
Vient ensuite, une poche au sud-ouest de Tcherkassy, en Ukraine, dans laquelle 200 000 soldats seront tués et 100 000 capturés par les envahisseurs lors de la fin de la résistance des unités soviétiques le 8 août.
Le 10 juillet va arriver un premier grain de sable sérieux, mais aussi un avertissement de ce qui attend les nazis en Union Soviétique. Car ce jour-là débute la bataille pour la réduction d'une nouvelle poche (mais pas totalement hermétique cette fois), où suite à l'appel à la résistance lancé par Staline à la radio, les soldats de l'armée rouge raidissent de plus en plus fermement leur résistance à cet envahisseur honni. 323 000 soldats sont encerclés par l'armée allemande et la bataille pour réduire cette poche durera 2 mois (10 juillet au 10 septembre). Si les Soviétique perdent cette bataille, avec un bilan en perte humaine élevée (310 000 hommes capturés, dont un très grand nombre seront exécuté sur place par les nazis), les Allemands subiront des pertes énormes en lors de cette confrontation : 250 000 hommes, morts ou blessés ! Ce sera le premier avertissement, il y en aura d'autres. Ne pas oubliez non plus, que le fait que les nazis exécuteront massivement leurs prisonniers ne fera que motiver encore plus la résistance des troupes soviétiques face aux barbares qui les envahissaient.
S'ensuit, toujours sur le front allemand du groupe sud, la bataille pour Kiev et la capture du Donbass. hitler, le dictateur nazi, contrairement à l'avis de ses généraux qui souhaitent poursuivre l'offensive en direction de Moscou avec le groupe d'armée centre, bloque provisoirement cette dernière option, craignant une exposition trop importante (800 kilomètres), des lignes de communication et d'approvisionnement tant que le front sud n'aura pas progressé pour sécuriser le flanc sud du groupe centre.
La bataille de Kiev verra une nouvelle fois une poche se former autour des troupes soviétiques. La bataille commence le 25 août et se terminera fin septembre (Kiev tombe le 19 septembre).
Les pertes sont catastrophiques pour l'armée rouge : 1 million d'hommes ! 400 000 soldats meurent dans les combats, 500 000 sont massacrés par les nazis sur place ou sont laissés dans des champs sous la surveillance de SS qui les laissent mourir de faim. Les autres sont déportés dans des camps de "travail", où peu de survivants reviendront de l'enfer concentrationnaire nazi !
Les troupes nazies perdent quant à elles 200 000 soldats, morts ou blessés.
Pendant cette défaite, le Donbass tombera lui aussi et les envahisseurs arriveront à Rostov sur le Don le 21 septembre.

Ce n'est que le 30 septembre que la progression du groupe centre en direction de Moscou peut reprendre. Mais il est déjà trop tard pour les Allemands et ses alliés. La pluie s'invite dans cette danse macabre et la rapoutista (la boue), rend les routes impraticables et les envahisseurs sont freinés et stoppés dans leur progression pendant près de 15 jours. Ces 2 semaines, combinés à la vaillante résistance des troupes encerclées pendant l'été constitueront le terreau de la première défaite majeure de la wehrmacht (armée de terre allemande) et des waffen SS devant Moscou.

Au nord, les troupes allemandes avec leur allié finlandais, commence le siège de Leningrad commence le 8 septembre 1941 et se terminera le 27 janvier 1944 (872 jours). Le siège de Leningrad causera la perte de 1 800 000 personnes, dont 1 million de civils.

L'opération Typhon débute le 2 octobre 1941, ne concerne que le groupe d'armée centre et a comme finalité la prise de Moscou. De mon point de vue, elle sort du cadre de Barbarossa. Mais la bataille pour Moscou sera la première défaite majeure des nazis et de ses alliés sur le front de l'Est.
La contre-offensive soviétique qui débute le 5 décembre menée en particulier par des troupes sibériennes repoussera sèchement les barbares loin de la cité Moscovite.
Cette défaite en annoncera beaucoup d'autres pour l'envahisseur et se terminera par sa défaite totale dans sa tanière berlinoise le 09 mai 1945 !

Sébastien Hairon, volontaire bénévole et indépendant à Donetsk (DNR)

                                                       Besoin de votre aide
Si vous souhaitez m'aider dans mon travail de réinformation dans le Donbass, vous pouvez m'envoyer vos dons avec mon nouveau RIB, ou via western union (Sébastien Hairon, pays Ukraine).
Vos dons me serviront à payer mon loyer à Donetsk et les charges (eau/gaz/électricité/internet). Ils me serviront aussi à pourvoir manger et me déplacer dans le cadre de mon travail. Ils m'aideront aussi pour rémunérer des traducteurs locaux pour certains de mes articles ou pour traduire des vidéos du russe vers le français.

Merci à toutes et tous pour votre soutien et bon courage pour la suite.

Sébastien.